Documents fondamentaux sur l'Anabaptisme et la Mission

Cliquez ici pour la version anglaise, qui contient des informations plus détaillées.

 

 

 

BLOUGH, Neal. “Formation théologique et identité anabaptiste: regards sur l’histoire mennonite,” dans Anabaptist Witness (1) 1 (octobre 2014):11-26. Voir aussi: http://www.anabaptistwitness.org/journal_entry/formation-theologique-et-identite-anabaptiste-regards-sur-lhistoire-mennonite-2/

Cet article explore la relation entre une identité mennonite « blessée », la formation théologique et la mission, en lien avec les questions des membres actuels du réseau mennonite francophone.  Depuis ses origines au XVIe siècle, l’anabaptisme porte les blessures du rejet, de la persécution et de la marginalisation. Dans certains cas, cela a abouti à une mentalité de séparation et de légalisme. Les efforts du XIXe siècle pour guérir les blessures du sectarisme et de la sécheresse spirituelle comprenaient l’ouverture au piétisme et au protestantisme évangélique. Dans le cas de la France, la Suisse et l’Amérique du Nord, les débuts de la formation théologique ont été liés aux mouvements de réveil et à un intérêt pour la mission comme manière de renouveler une identité mennonite souvent ethnique et tentée par le formalisme. Cette combinaison d’éléments, plus l’insistance du mouvement missionnaire protestante sur l’unité évangélique allaient dans le sens de parfois négliger la spécificité de l’identité théologique anabaptiste dans la naissance d’Eglises nouvelles au Congo ou au Burkina Faso. Un autre moyen pour renouveler l’identité mennonite s’est réalisé par un retour aux origines historiques du XVIe,, ce qui dans les derniers cinquante années a porté du fruit en termes de la missiologie anabaptiste et d’une identité mondiale via la Conférence mennonite mondiale. Les mennonites francophones du Canada, de l’Europe et de l’Afrique sont à la recherche d’une formation théologique qui transmettra une identité anabaptiste positive aux pasteurs et aux assemblées, tout en assumant de manière consciente un rôle dans le contexte plus large de la famille chrétienne mondiale qui reste trop souvent divisée.