Nouvelles

La Bible nous parle encore, déclarent les orateurs du Renouveau 2027

Les participants lisent et interprètent les écritures ensemble dans les petits groupes. Photo : Susanne Werner
Date de diffusion : 
Mercredi 15 Février 2017

Augsbourg, Allemagne – Des responsables anabaptistes de partout dans le monde se sont réunis le 12 février 2017 pour la rencontre intitulée « Transformés par la parole : perspectives anabaptistes de la lecture des Écritures », le premier d’une série d’évènements étalés sur 10 ans appelée Renouveau 2027 organisée par la Conférence Mennonite Mondiale (CMM) pour célébrer le 500ème anniversaire de la tradition anabaptiste-mennonite et lancer une réflexion critique sur ce qui est maintenant un mouvement international au sein du corps du Christ.

Depuis leurs débuts, se basant sur leur compréhension de la bible, les anabaptistes ont mis l’accent sur l’engagement personnel à suivre le Christ, le baptême par confession de foi, l’approche collective de la lecture et de l’interprétation des Écritures, l’engagement envers la réconciliation et l’amour de l’ennemi, et le rejet de l’église d’état, explique Alfred Neufeld (Paraguay), président de la commission foi et vie de la CMM.

Lors du 500ème anniversaire de notre tradition d’église, Neufeld nous interpelle : « Que faut-il reconsidérer ou reformuler ? Où sont les lacunes de notre théologie et de notre pratique ? »

L'événement qui dura toute la journée fut ponctué d’exhortations de représentants de la famille de la CMM ainsi que de chants issus du recueil de chants de l'assemblée 16 et d’une étude biblique participative sur comment arriver à se mettre d'accord sur les sujets polémiques au sein de l'église, à partir d’Actes 15: 1-21.

César García, secrétaire général de la CMM, donne la bienvenue aux participants lors du premier évènement du Renouveau 2027 à Augsbourg, en Allemagne. Photo : Harry Unger.

Nous avons plus que jamais besoin de l'anabaptisme, a déclaré Valerie Rempel, professeure au Fresno Pacific Biblical Seminary (États-Unis), appelant à « la lecture radicale de la Bible dans l'esprit des premiers anabaptistes ... [et au réengagement] avec la Parole de Dieu et avec notre propre tradition théologique pour voir comment elle peut nous offrir la sagesse nécessaire pour vivre en tant que chrétiens dans notre monde et pour s'engager dans une mission ouverte à tous. »

« Il ne peut y avoir de ségrégation quand il s'agit du message du Christ, ni envers ceux qui le partagent ni envers ceux qui le reçoivent », a déclaré Makadunyiswe Ngulube (du Zimbabwe). Elle et les autres orateurs membres du comité YABs (Young AnaBaptists, Jeunes Anabaptistes), ont réfléchis sur le texte de Matthieu 28:19, et ont réafirmé qu’il y a une responsabilité personnelle à apprendre, à aller et partager en tant que disciples de Christ. « Nous avons besoin d'une culture qui mette l'accent sur le discipulat comme une responsabilité pour chaque croyant en Christ ... [tiré de] notre compréhension profonde et de notre expérience de son pouvoir et de sa grâce », a déclaré Ebenezer Mondez (des Philippines).

Les invités œcuméniques ont parlé de la lecture de l'Écriture dans les différentes dénominations. Le renouveau peut provenir de la lecture de la Bible en tant qu'individus, mais il est encore plus puissant quand on lit l'Écriture ensemble, dit Lutheran Friederike Nuessel (d’Allemagne). Nuessel et Monseigneur Romano Augusto-Castro (de Colombie) furent représentants du dialogue trilatéral qui vient d'être achevé entre mennonites, catholiques et luthériens.

L'adoration, la fraternité, le témoignage et le service dans la tradition anabaptiste transforment la lecture de l'Écriture en une foi vivante, a déclaré la responsable de YABs, Tigist Gelagle (d’Ethiopie). « Le chemin de la croix est l'enseignement fondamental qui m’éclaire sur l'avenir de l'église ». La vérité qui a convaincue les premiers anabaptistes de supporter le martyre est la clé pour suivre Jésus aujourd'hui : « La souffrance du Christ est le thème central de l'Évangile. »

Doris Hege, présidente de l'Arbeitsgemeinschaft Mennonitischer Gemeiden, a rappelé que la bible est parole vivante. « Nous devons la lire comme si c’était la première fois dans notre contexte actuel », a-t-elle dit. « Quelles nouvelles choses Dieu peut-il nous dire ? »

Daniel Geiser-Oppliger, d'une église mennonite en Suisse, a également été touché par la pertinence de la Parole de Dieu pour l'anabaptisme d'aujourd'hui et a aimé la communion fraternelle de cette journée : « être ensemble, voir de vieux amis et rencontrer de nouveaux frères et sœurs. »

Le prochain évènement du Renouveau 2027 aura lieu en avril 2018 au Kenya sur le thème du Saint-Esprit.

John D. Roth est le coordinateur principal de la rencontre à Augsbourg du Renouveau 2027 avec l’aide de Jantine Huisman (des Pays-Bas), Henk Stenvers (des Pays-Bas) et de Rainer Burkart (d’Allemagne), qui a servi dans le comité de préparation local.

—Communiqué de la Conférence Mennonite Mondiale

 

Ajouter un commentaire