Nouvelles

La voie de la paume ouverte : Construction de paix à l’ONU

Thien Phuoc Quang Tran est le stagiaire 2017-2018 du programme du MCC et de la Conférence Mennonite Mondiale, International Volunteer Exchange Program au bureau du MCC à l’ONU. On le voit ici avec un panneau qui dit : « À mon arrivée, j’ai de l’espoir ». Tran est d’Ho Chi Minh ville au Vietnam. Photo : CCM / Diana Williams.
Date de diffusion : 
Jeudi 1 Février 2018

Tout au long de mon enfance, entant que fils de pasteur, j’ai été immergé dans les valeurs chrétiennes. Tous mes souvenirs sont en rapport avec l’église mennonite vietnamienne (VMC) à Ho Chi Minh ville. J’ai appris ce qu’est la voie de Jésus – aimer mon prochain et donner aux pauvres.

Au Vietnam, il y a une philosophie appelée « la voie de la paume ouverte ». La paume vers le haut est un geste non menaçant, qui rappelle le geste suppliant d'un mendiant. L'interlocuteur ne se sentira pas menacé par le geste et il est utilisé universellement comme une salutation. En tant que chrétien, je connais aussi l'image des mains ouvertes de Dieu.

Quand je suis arrivé à New York pour commencer mon stage d'un an en tant que stagiaire au bureau du Mennonite Central Committee (MCC) des Nations Unies, la réalité m’a fait un coup.

Au Nations Unies, les gens parlent d'imposer des sanctions à la République Populaire Démocratique de Corée (RPDC), également connue sous le nom de Corée du Nord, d’interventions militaires en Syrie et de conflit en République Démocratique du Congo. J'étais déprimé ; il y avait trop d'atrocités et elles étaient trop horribles.

J'ai réalisé que malheureusement, les personnes au pouvoir trouvent souvent plus facile de détruire que de construire, d'opprimer plutôt que de comprendre. Quand nous allumons la télé, nous assistons à une course aux armements, à des conflits et à des menaces nucléaires. La plupart des gens pensent que la force militaire assure la paix, mais en réalité, elle n'apporte que la peur et la destruction. Les grands pays trouvent l'idée d'exercer leur pouvoir attrayant : avec le pouvoir et la richesse, ils peuvent protéger les faibles, aider les pauvres et apporter « la sécurité au monde ».

Ils ignorent que, plus ils essaient d'imposer leur volonté aux autres, plus ils vont créer de la résistance.

Mais il y a de l'espoir.

Il y a beaucoup de gens qui aspirent à la paix, et ils travaillent dur, jour après jour, pour apporter une vraie paix au monde. Les gens du MCC font partie de ce groupe, tout comme moi. Et notre méthode est la voie de la paume ouverte.

Doug Hostetter, le directeur du bureau du MCC à l'ONU est un modèle pour moi. Il a vécu cette philosophie de paix toute sa vie, y compris pendant la guerre du Vietnam. Au lieu de porter les armes, comme beaucoup de soldats, il est venu dans mon pays avec le MCC pour apporter des livres et des crayons pour aider les étudiants vietnamiens à apprendre à écrire et à lire leur propre langue. Il a vécu dans la communauté et a gagné la confiance du peuple vietnamien qu'il a été rencontrer.

Aujourd'hui, alors que la plupart des gens ont tendance à se tenir à l'écart de la RPDC, le MCC est là pour apporter de la nourriture et du matériel médical aux personnes dans le besoin. Nous essayons d'être la voix des personnes déplacées d'Amérique latine et des zones de guerre au Moyen-Orient. Notre présence, bien que petite, est essentielle pour encourager le dialogue.

Je crois que c'est ce qu’être chrétien veut dire. Avec un esprit ouvert, nous accueillons les gens. Avec des cœurs ouverts, nous partageons leur douleur et leur souffrance. Et avec les mains ouvertes, nous travaillons avec eux pour apporter la paix dans ce monde. Ce n'est pas facile, mais je suis heureux de faire partie de cet effort pour aider que « la volonté de Dieu soit faite sur la terre comme au ciel ».

—Article par Thien Phuoc Tran Quang

Communiqué commun de la Conférence Mennonite Mondiale et du Comité Central Mennonite. 

Geographic representation: 
Asia and Pacific
North America

Ajouter un commentaire